Journées de contribution à Wikipédia

9 et 10 octobre 2017

Collecte de données

A l’initiative de Mise à Jour, deux journées d’enrichissement de Wikipédia étaient organisées.

Après une journée (9 octobre) de collecte de document sur le quartier de Barriol…

Barriol - journée contributive 3

La journée du 10 octobre était réservée à la mise en ligne des médias et textes dans l’encyclopédie.

  • Il faut bien distinguer wikimédia Commons pour les images, sons et vidéos
  • Et Wikipédia pour les textes. Bien sûr on pourra insérer les médias précédemment chargés dans les articles textuels.

 

Comment enrichir Wikipédia

Les pages créés ou modifiées dans ces journées :

Je vous propose de voir le processus que nous avons suivi lors de cette journée d’initiation et de saisie.

Il est à noter que l’on peut contribuer à Wikipédia sans avoir de compte utilisateur. Là où cela peut se compliquer c’est pour envoyer des médias.

Je pars du principe que nous sommes connecté :

L’article sur le quartier de Barriol existait. L’illustration du pont Van Gogh en tête de l’article ne nous paraissait pas approprié pour  introduire le quartier. Nous l’avons donc remplacé :

Avant :

Après avoir utilisé l’onglet « Modifier le code » en haut de la page :

Nous accédons au code de l’article. Nous remplaçons le nom de l’ancienne image par une autre image prise la veille et qui a été envoyé sur Commons avec la catégories « Barriol« .

L’image se nomme « 11 hlm barriol.jpg »

La légende va venir se place sous l’image : « Habitat collectif du quartier de Barriol »

Un fois validé la modification apparaît instantanément :

Après

Localisation

Plus bas dans le paragraphe « Géographie »

L’option « Localisation » est vide :

Nous recherchons une source. Nous trouvons une information sur la site du patrimoine de la Ville d’Arles ;

http://www.patrimoine.ville-arles.fr/index.php?obj=quartier&idx=29

Cette information est suffisante.

Nous insérons le même texte dans l’article Wikipédia et nous allons sourcer cette information.

Il faut placer le curseur là où l’on souhaite afficher la référence vers le lien de bas de page. Puis il faut cliquer sur l’onglet « Source »

 

Lors de l’appui sur « Source »

La fenêtre suivante s’ouvre et il faut sélectionner « Site Web » dans ce cas. Il faut renseigner entre autre l’adresse du site internet où se trouve la source.

Ne pas oublier de valider en cliquant sur le bouton « Publier les modifications »

La page s’actualise. Lorsque l’on appui sur le (2) en fin de ligne, il nous renvoie vers les notes de bas de page qui indique où trouver l’information.

 

1 clic nous amène vers le site où se trouve la source.

 

Sourcer un ouvrage en ligne.

Dans le paragraphe « Barriol dans la littérature » nous avons ajouté ce texte trouvé dans une revue écrite par Émile Fassin.

Ce document est accessible sur Google Livre.

Ici le (11) nous renvoie à la note de bas de page

On voit que le nom d’Émile Fassin est cliquable car il a une page dans Wikipédia.  Pour lire la revue en ligne il suffit de cliquer sur le lien éponyme.

Voici comment est écrit le lien que nous voyons en clair :

Le nom de Barriol s’est rencontré sous la plume de nombreux poètes liés à [[Arles]]<ref>{{Ouvrage|langue=fr|auteur1=[[Émile Fassin]]|titre=Le Musée : revue arlésienne, historique et littéraire, Volumes 1 à 2|passage=111-112-155|lieu=Arles|éditeur=|date=1874|pages totales=|isbn=|lire en ligne=https://books.google.fr/books?id=c80PjsAo6JEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false}}</ref>.

« Arles » entre [[  ]] permet d’obtenir le lien vers la page Wiki d’Arles

<ref>{{Ouvrage|langue………}}</ref> contient tout ce que nous avons renseigner lorsque nous avons indiqué les informations dans la boite de dialogue : ici au lieu de « Site web » nous avons cliqué sur « Ouvrage »

Voilà c’est déjà pas mal ! Nous avons fait d’autres modifications mais le but était de vous donner un aperçu de la façon de faire.

Le principal lorsque on se lance dans cette démarche est de réfléchir à ce que l’on va mettre en ligne et surtout à qui on s’adresse. Wikimédia fonctionne par langues et non par pays. On s’adresse à des Francophones qui n’ont pas toujours les même référence de part le monde.

Pour Commons bien penser qu’une photo mise en ligne ne s’enlève pas d’un simple clic. Il faut faire une demande aux administrateurs qui pourront accéder à cette demande.

On se pose quelques question avant de mettre en ligne….

 

 

 

 

Publicités

Libérer son ordinateur : GNU/LINUX – Pourquoi ? Comment ?

Jeudi 8 juin de 18h30 à 20h30

Salle Jean et Pons Dedieu, 62 rue du 4 septembre 13200 Arles

A la suite de la première conférence sur la sécurité en informatique

Présentation du système d’exploitation libre GNU/linux
avec l’association ATTAC/Pays d’Arles

Linux est un système d’exploitation, au même titre que Windows ou encore Mac OS (pour ceux qui ont un Mac).Il est réputé entre autres pour sa sécurité et pour ses mises à jour plus fréquentes que Windows.
Le principe de base de Linux : c’est vous qui contrôlez votre ordinateur.

Atelier Kdenlive le 3 avril 2017

Cliquez sur l’image pour obtenir l’affiche pdf A3

L’association Arles-Linux met en place à partir du mois d’avril 2017 un rendez-vous mensuel :

Il s’agit d’un atelier découverte des logiciels libres.

Le lundi 3 avril à 18 heures, Maison de la Vie Associative à Arles, présentation et mise en œuvre du logiciel de montage vidéo Kdenlive.

Nous fournissons les images pour que vous puissiez réaliser un petit montage.

Pour organiser ce premier rendez-vous nous souhaiterions que les personnes intéressées s’inscrive par retour de mail.

 

C’est quoi Kdenlive ?

Kdenlive est un éditeur vidéo non-linéaire, permettant de monter sons et images avec divers effets spéciaux. Le logiciel utilise le moteur de montage vidéo MLT (Media Lovin’ Toolkit (en)), qui s’appuie largement sur le projet de codec audio/vidéo FFmpeg. Kdenlive bénéficie ainsi de tous les codeurs et décodeurs audio ou vidéo supportés par FFmpeg.

Se voulant simple de présentation et d’usage, il s’adresse à un public débutant en montage vidéo mais aussi aux monteurs confirmés recherchant une solution viable sous GNU/Linux.

Kdenlive gère les format DV et HDV (MPEG-2, AVCHD) et de nombreux autres formats, sans qu’il soit nécessaire d’importer puis de convertir les fichiers.

Kdenlive est fourni avec la plupart des distributions GNU/Linux. Il est possible d’utiliser Kdenlive sans installer KDE, par exemple en restant sous Gnome. Il est également utilisable sur macOs, FreeBSD et Windows.

D’autres logiciel de montage vidéo libres :

Lien vers tutorial en Français sur Kdenlive

http://fr.lprod.org/wiki/doku.php?id=video:kdenlive

Visite d’un membre d’AviGNU

avignuLors de notre atelier du 6 février nous avons eu la visite d’un membre de l’association AviGNU.

Celle-ci est installée à Avignon.

Notre visiteur, Denis, est membre de cette structure qui existe depuis une dizaine d’années.
Nous avons échangé sur nos différentes pratiques et déjà partagé quelques astuces…..
Un arlésien, Jean-François, ami de Deni,s est également venu nous rencontrer.

Merci à Denis d’avoir fait le déplacement et à bientôt !

Ordi Solidaire Arles

sample-2Arles-Linux s’est rendu à la journée portes ouvertes d’une nouvelle structure qui s’est ouverte sur Arles le 2 février 2017.

Extrait de leur site internet :

« Une imprimante, un écran, un ordinateur d’occasion.Tous nos matériels informatiques sont reconditionnés dans un cadre d’économie sociale et solidaire.

Agréée « Ordi-2.0 », Cévennes Libres est une entreprise d’insertion qui effectue la reprise de parcs informatiques, valorise les DEEE et reconditionne le matériel informatique fonctionnel.

Les pc d’occasion sont redistribués prioritairement aux écoles, aux étudiants, aux associations et aux bénéficiaires des minimas sociaux.

Tous les ordinateurs d’occasion sont fournis avec un clavier et souris.

Tous les ordinateurs d’occasion sont prêts à être utilisés avec un système d’exploitation Debian et des centaines de logiciels  (Bureautique : Open office, Grisbi… ; Internet : Firefox, Skype, Thunderbird… ; Infographie : Gimp, Inkscape, Scribus…). »

20170201_171015

Les locaux sont déjà organisés alors que les travaux pour l’aménagement viennent tout juste de se terminer.

20170201_171027

L’accueil très sympathique et chaleureux de Dominique Rouquier, ainsi que les possibilités offerte par un acteur local, nous permet d’envisager un partenariat avec cette structure….

20170201_171102

Ordi Solidaire Arles
76 avenue de Hongrie
13200 Arles – France
09 84 29 76 55
arles@ordi-solidaire.fr

Horaires :
Mardi           9h-12 et 14h-18h
Mercredi     9h-12 et 14h-18h
Jeudi           9h-12 et 14h-18h
Vendredi    9h-12 et 14h-18h
Samedi      9h-12 et 14h-18h

Arles et les logiciels libres

France 3 journal télévisé régional du 25 Janvier 2017 : Arles et les logiciels libres

 logo-framework-openmairieDepuis 2003, la ville d’Arles s’est engagée dans le logiciel libre et a développé une quarantaine de logiciel « métier » qu’elle a déposé sur la forge publique de l’ADULLACT

« Notre expérience sur le logiciel libre a débuté fin 2003 avec la rencontre du proviseur du lycée Pasquet d’Arles qui avait initié avant nous cette démarche dans son établissement et qui avait réalisé des économies impressionnantes. »
…/…

 Lire l’article complet sur le site d’OpenMairie

france 3 provenceVidéo du journal télévisé régional du 25/01/2017

fr3

François Raynaud est adhérent à Arles-Linux

Compte rendu de la conférence « SurveillanceS »

showfoto

La présentation utilisée par Jean-Christophe est disponible ici : acroread
Jean-Christophe Becquet, April, licence Creative Commons BY-SA

La conférence présentée par Jean-Christophe Becquet (président de l’APRIL), le 23 novembre à l’Amphithéâtre Van Gogh, a été un succès.

Jean-Christophe a présenté les logiciels libre à travers une approche non technique et son intervention a été assez courte de façon à laisser un maximum de place aux intervention du public qui n’ont pas manquées.

 

cam007472

En effet, à travers les diverses questions, il apparaît une vrai prise de conscience de ces enjeux de société.

cam007462

Cette conférence sera suivie fin février d’un deuxième volet consacré plus précisément aux outils disponibles pour « se libérer » avec une présentation de l’offre de Framasoft.

Un troisième volet – plus pratique, en cours d’élaboration, vous aidera à franchir le pas et à « libérer » votre ordinateur de son système d’exploitation propriétaire, le plus souvent vendu avec l’ordinateur et sans que vous ayez eu votre mot à dire.

 

preferences-systemCe troisième volet a déjà commencé !

En fait une dizaine de personnes présentes à la conférence sont venues le lundi 28 novembre à la Maison De la Vie Associative à la permanence d’Arles-Linux.

Nous avons, il faut bien le dire, été submergé par des demandes diverses et de tous niveaux qui allait de comment compiler un noyaux Linux, à la découverte d’un environnement de travail.

C’est très motivant pour notre équipe de voir que notre atelier qui a à peine deux mois d’existence correspond à un réel besoin du public.

Il va falloir se structurer pour que l’accueil se fasse dans les meilleures conditions

« SurveillanceS ! » – Enjeux du logiciel libre.

2016-11-23-surveillances-v2-beton-s-31432

L’informatique et Internet ont littéralement envahi le monde – l’hémisphère nord et les pays occidentaux dans un premier temps, puis le reste de la planète, principalement grâce aux téléphones portables – depuis plus de trente ans.

L’innovation technologique et les applications qu’elles permettent évoluent à une vitesse phénoménale ; si vite que nous n’avons pas vraiment eu la possibilité de questionner collectivement l’utilité et le sens des modifications que ces outils impriment à notre société.

Quelques grands groupes pionniers ont acquis une position dominante dans le monde du numérique en tentant à chaque fois d’imposer leur modèle économique et sociétal … et en y parvenant souvent.

Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft – les GAFAM – sont les entreprises symboles de cette évolution et servent de modèle à de nombreuses autres.

Leur « réussite » et leur position dominante, voire hégémonique n’ont pas empêché d’autres modèles de voir le jour, mais elles freinent fortement leur diffusion et sapent toute tentative de remise en question.

Les GAFAM et les entreprises qui leur ressemblent ont depuis plusieurs années déjà pris la mesure d’une nouvelle manne – celle que constituent toutes les informations, et données plus ou moins personnelles que nous leur fournissons, directement ou indirectement, volontairement, naïvement, la plupart du temps sans y prêter attention. Pour utiliser le service, il faut en accepter le prix même si on n’en comprend pas ou ne veut pas en comprendre la portée.

Les États aussi ont mis la main à la pâte – modernisant leurs systèmes de surveillance jusqu’à des niveaux inimaginables il y a quelques années. Les révélations effarantes à ce sujet – récentes ou plus anciennes – auraient dû faire bondir les plus paisibles des citoyens.

Hélas, entre « Je n’ai rien à cacher » et « C’est trop compliqué », les réactions majoritaires ne laissent pas vraiment espérer de changements.

Alors, quelle est cette société que les entreprises pionnières du numérique et les États construisent pour tous les clients-citoyens de la planète ?

Pourquoi les citoyens devraient-ils se préoccuper des évolutions technologiques ?

Quelles réponses le logiciel libre et la communauté qui l’anime peuvent-elles apporter ?

Pour répondre à ces questions ainsi qu’à beaucoup d’autres,

Arles-Linux, Attac – Pays d’Arles et Pays d’Arles en transition ont invité

Jean-Christophe Becquet, président de l’April

mercredi 23 novembre – 18h30 – Amphithéâtre de l’espace Van Gogh

pour une conférence garantie non-technique suivie d’une discussion.

L’April « est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du logiciel libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l’espace francophone. Elle veille aussi, dans l’ère numérique, à sensibiliser l’opinion sur les dangers d’une appropriation exclusive de l’information et du savoir par des intérêts privés. »

Cette conférence sera suivie fin février d’un deuxième volet consacré plus précisément aux outils disponibles pour « se libérer » avec une présentation de l’offre de Framasoft.

Un troisième volet – plus pratique, en cours d’élaboration, vous aidera à franchir le pas et à « libérer » votre ordinateur de son système d’exploitation propriétaire, le plus souvent vendu avec l’ordinateur et sans que vous ayez eu votre mot à dire.

Affiche HD – (pdf)

Atelier du 24 octobre 2016

Juste quelques photos pour illustrer la fréquentation de notre atelier.

Nous avons été submergé par les utilisateurs en demande d’installation sur des machines diverses et variés qui nous ont posés quelques difficultés. Mais bon c’est le métiers qui rentre….

Un grand merci à Olivier qui pour son arrivée dans l’association n’a pas eu le temps de respirer. Comme accueil on fait mieux !!!! Nous nous rattraperons lundi prochain

Réussi :

  • Installation Linux Mint Mate sur une unité centrale.
  • Découverte du bureau Xfce sur une Debian 8

A revoir :

  • Installation mise en échec par un wifi récalcitrant.
  • Double Boot Windows 10 / Ubuntu non réussi

cam00721

 

cam00723

 

cam00724

Atelier du 3 octobre

Notre atelier d’initiation/prise en main à démarré le 3 octobre 2016

En deux séances nous avons déjà été confronté à des problème « intéressants ».

  1. Lifetec Medion

debian8

Un premier cas proposé par Philippe avec un ordinateur portable Lifetec Medion : Nous tombons sur un refus d’installation avec Linux Mint Mate : kernel non pae. Même s’il existe une option possible dans Linux Mint 17 :

Booting with non-PAE CPUs

To boot Linux Mint 17 on non-PAE CPUs, please append "forcepae" to your boot arguments. At the boot menu of the live DVD/USB, press Tab to edit the boot arguments and add "forcepae" at the end of the line.

Nous préfèrons tenter avec une Debian avec un bureau Xfce. En effet la machine ne possède que 512 Mo de Ram…….

Lien vers notes d’installation

La machine fonctionne parfaitement. Son propriétaire viens apprendre à l’installer la semaine prochaine……

2. Acer E5- 573G  Aspire E15

Roberto nous soumets un portable : Acer E5- 573G  Aspire E15 qui ne veut pas démarrer en double boot, ou plutôt uniquement sous Windows. Nous pensons qu’il s’agit d’une petite erreur lors de l’installation. En effet en principe sur les machine avec Bios UEFI, il faut indiquer à Grub de démarrer dans la partition EFI de Windows. A Vérifier………….. lors de notre prochaine séance. Voir le lien pour plus d’informations :

http://wiki.coop-tic.eu/wikis/arlinux/wakka.php?wiki=UefI

uefi_capture11_20150201011857_20150201012248

La réponse se trouve dans notre forum :

http://arles-linux.xooit.org/t8-Double-boot-Windows-10-et-Ubuntu-16-04.htm