Les commandes

Le mode texte

A mon sens la principale différence entre les distributions libres et les autres OS, c’est que l’on fait une véritable différence entre l’utilisateur et l’administrateur. Sous Windows on peut bien sûr avoir une compte administrateur qui permet d’empêcher l’utilisateur de faire des bétises.

Exemple d’interface de Windows server 2012

windows-server-2012-console-tab-view

Exemple d’interface d’un serveur Gnu/Linux Debian

debian

Utilisateur ou administrateur

Le problème viens de l’utilisateur qui veut pouvoir faire toutes les modifications qu’il souhaite dans son système sans se poser la question : suis-je compétant pour faire ces modifications ?

L’impression de facilité est donnée par le fait que l’on utilise la même interface graphique et que donc on a pas forcément l’impression d’être en train de démonter le moteur de la voiture pendant qu’elle roule !

Dans un système libre on a cette même possibilité sur les postes de travail grand public. Mais pas sur les serveurs. C’est une des raisons pour laquelle on fait bien la différence entre les deux fonctions :

  • L’utilisateur et
  • L’administrateur

De plus les serveurs sont rarement équipé d’interface graphique ce qui renforce l’impression de difficulté d’accès. Je vous propose donc de voir avec vous comment cette difficulté réelle, une fois franchie, devient un gage de facilité et de productivité et surtout de sécurité.

La console

Ce qui rebute le plus en mode texte c’est le fait de ne pouvoir visualiser instantanément où l’on se trouve. De plus le débutant pense qu’il va devoir taper des commandes d’une longueur interminable, devoir se rappeler de centaines de commandes à apprendre par coeur…

Et si je vous disais que le copier/coller fonctionne et que la souris aussi et qu’elle peut faire des sélections pour les plus frileux d’entre-vous. Bien sûr il faut changer un peu ses habitudes, mais on a rien sans un peu d’investissement…

Lorsque vous arrivez dans une ville inconnue, les premier jours vous tournez en rond pour trouver votre chemin, puis petit à petit les trajets que vous effectuez souvent sont fait « les yeux fermés ».

Vous êtes-vous déjà dit dans cette situation : puisque je ne reconnais rien de familier dans cette ville je m’en vais sans un remord ? Et bien ici c’est un peu pareil. En console il faut le temps que les trajets vous « rentre dans les doigts ». C’est du boulot mais ça en vaut la peine.canstock1718956

Alors, on commence ?

Oui, je te suis >>>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s