Commandes de base

Convention de navigation

Les flèches de couleur verte permettent de revenir vers le sommaire général de la page. arrow-up-double
Les flèches de couleur bleue permettent de revenir vers le sommaire du paragraphe courant arrow-up-double-blue

Les commandes de bases et leurs principales optionsboiteoutils

La liste des commande n’est pas exhautive et résulte d’un choix personnel.

Sommaire

Il faut bien comprendre que sur tout système informatique nous disposons d’une interface graphique pour les tâches quotidiennes et nous avons aussi une interface non graphique, appelée « console » pour les tâches d’administration du système.

Sous Windows le plus souvent l’administration se fait en graphique. Cela vient du coté peu ergonomique dont souffre la console sous cet OS. Sous Linux, il s’agit au contraire d’un outil redoutablement efficace. De plus son utilisation permet de passer d’un distribution à une autre, moyennant un temps d’adaptation très court.

1 – L’invite de commande

Console graphique

[jpantinoux@frankeinstein:~] $

Cette ligne apparait lorsque l’on ouvre une console graphique. Elle signifie littéralement :

Vous êtes l’utilisateur « jpantinoux » dans la machine [frankeinstein]. Vous vous trouvez dans votre dossier utilisateur : »~« .
Le signe « $ » indique que vous êtes un simple utilisateur.
Il est bien sûr possible de passer en mode administrateur (nous verrons plus tard)

Console virtuelle

Dans une console virtuelle (F1 à F6), l’invite n’apparait pas directement connecté.
En effet lorsque vous êtes dans votre session graphique, vous vous êtes déjà identifié par votre login et mot de passe.
C’est pourquoi votre console est déjà connectée.
En console virtuelle il faut vous identifier :
Pourquoi ?
La pluspart des serveurs tournant sous Linux n’ont pas d’interface graphique.
Pour une question de sécurité il est important que la machine ne puisse être accessible que part un tehnicien. Il est donc normal qu’au démarrage ou lorsque l’on passe en console virtuelle, il faille s’identifier.
L’invite est au départ la suivante :

frankeinstein login:

Il nous faut donc taper notre login (identifiant)

frankeinstein login: jpantinoux '<entrée>'
Password:

Lorsque vous tapez le mot de passe, celui-ci ne s’affiche pas.
C’est normal.
Il s’agit d’un sécurité qui évite que quelqu’un de mal intentionné ne compte le nombre de caractères de votre mot de passe.
Si la connection réussi, le système affiche le dernier accès à cette console.

Last Login: Thu Sep 22 01:06:53 from frankeinstein
[jpantinoux@frankeinstein:~] $


arrow-up-double2 – Voir le contenu et se déplacer dans les répertoiressyst_linux2

accessories-text-editor


La commande ls
arrow-up-double-blueElle permet de lister les fichiers dans un répertoire
Essayons

$ ls

ls2
Cette liste nous retourne sous sa forme la plus simple. Les éléments ne sont identifiés que par leur couleur

Les couleurs peuvent varier en fonction des réglages de la console
Les éléments en bleu représentent des répertoires. (ex : Bureau, centos…)
Les éléments en blanc sont des fichiers. (ex : admin, admin_reseau…)
Les éléments en rouge sont des archives compresssées (ex : splash.xpm.gz…)
Les éléments en violet sont des images (ex : slplash.xpm…)
Les éléments en verts sont ici des pdf (ex : 02-halle.pdf)
Pour l’instant c’est tout ce que nous pouvons en savoir.


Essayons la même chose en changeant de répertoire.
Demandons à voir le contenu de la racine du système.arrow-up-double-blue

$ ls /

ls_racine

Que pouvons nous déduire de ce dernier essai ?

      • – « On m’avais dit qu’un utilisteur simple n’avait pas le droit de rentrer dans le système.« 
      • – « Rentrer peut-être pas, mais voir les principaux répertoires, oui !!« 
      • – « A partir de là où l’on se trouve, pour accéder à un point donné, il faut toujours partir de la racine, symbolisée par « / » pour être sûr de trouver son chemin.'(1) »
      1. (Il s’agit du chemin absolu. On peut aussi utiliser le chemin relatif. Mais pour l’instant contentons nous du premier)

accessories-dictionary
Lister tous les fichiers y compris les fichiers et répertoires cachésarrow-up-double-blue
 $ ls -a

ls-a

.mozilla est un dossier qui contient les paramètres personnel de Firefox de l’utilisateur.

L’option « a » est précédée d’un tiret.
La pluspart des commandes fonctionnent de cette manière.
On appelle la commande puis on ajoute des options.

Dans note cas « -a » va afficher tous les éléments cachés.

 

emblem-package

Extrain du man.

On y accède en tapant

$ man ls

manls

C’est toujours un peu rebutant au début mais vous verrez qu’on s’habitue vite. Et puis il y a les forums pour nous guider. Mais gare aus réponses du type : RTFM

C’est souvent la réponse agacée d’un animateur de forum qui demande à la personne qui pose une question qu’elle aurait pu résoudre en regardant dans le man (manuel) de la commande. RTFM dans la langue de Shakespeare signifie : Read The Fucking Manual ! En français cela donne : Lit ce putain de manuel. Sous entendu avant de poser des questions dont la réponse est sous tes doigts !! Vous êtes prévenus.

 

folder-new

Deux répertoires particuliers :arrow-up-double-blue

drwxr-xr-x 67 jpantinoux jpantinoux 4096 févr. 22 22:02 .     <---
drwxr-xr-x 5  root       root       4096 janv. 28 23:56 ..    <---

.

Vous avez bien lu, il ne s’agit pas d’une erreur de frappe.
Le « . » est une commande qui signifie « ici ».

$ cp /etc/texte1 .

Elle est utile lorsque vous demander d’exécuter une action en précisant le répertoire où vous vous trouvez.

La commande ci-dessus signifie copie le fichier « texte1‘ dans le répertoire où je me trouve (ici)

..

Cette fois les deux points signifient « répertoire parent »
Lorsque vous vous trouvez dans /home/jpantinoux/Documents
L’invocation des « .. » avec la commande adhéquate permet de remonter
vers /home/jpantinoux.

[jpantinoux@frankeinstein:~/Documents] $ cd ..
[jpantinoux@frankeinstein:~] $

Mais là il s’agit d’un chemin relatif. J’avais dit que nous en parlerions plus loin. Je ne l’indique ici qu’a titre d’explications.

drive-multidisk

 Lister les éléments d’un répertoirearrow-up-double-blue
  • -l : sous forme de liste
  • -h : human readable
  • -t : trier par ordre de date
  • -r : renverser le tri

Ces options permettent  d’avoir les derniers éléments modifiés en bas (surtout utile dans une longue liste).

 $ ls -lhrt

lslhrt

J’ai créé à l’instant un fichier « fichierQueJeViensDeCreer ». C’est bien celui-ci qui se trouve ne bas de la liste.

Les esprits pointilleux me diront que la ligne indique bien le mois, les heures, minutes et secondes de la création mais pas l’année. Ils auront raison. Pour obtenir cette information il faut faire appel à la commande suivante :

$ date -r fichierQueJeViensDeCreer
samedi 21 février 2015, 21:07:56 (UTC+0100)

 


document-properties

Lister les caractéristiques d’un fichierarrow-up-double-blue

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ ls -lh mozilla.pdf 
-rw-r--r-- 1 jpantinoux jpantinoux 83K oct. 14 09:27 mozilla.pdf

 


folder-new

Lister les caractéristiques d’un répertoirearrow-up-double-blue
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ ls -ld Documents/
drwxr-xr-x 8 jpantinoux jpantinoux 4096 févr. 9 23:41 Documents/

help-hint

Raccourcis personnalisésarrow-up-double-blue

L’utilisateur de même que l’administrateur peuvent paramétrer, dans le fichier .bashrc qui se trouve à la racine de chaque utilisateur, des raccourcis pour ne pas taper toujours les même commandes.
Dans l’exemple suivant taper « ll » au clavier sera équivalent à taper « ls -lh ». A mettre dans .bashrc pour créer le raccourcis ll qui pemplace la commande ls -lh (nous apprendrons à faire cela un peu plus tard)

alias ll=’ls -lh’

bashrc

On voit dans le fichier de configuration à l’avant dernière ligne : alias ll=’lh $LS_OPTIONS -lh

$LS_OPTIONS permet de donner des couleurs au lignes de la console.

 

system-searchpwdarrow-up-double

Où suis-je ?

Dans tout ce dédale de fichiers et de répertoires, il est facile de se perdre ou du moins de ne plus savoir si l’on est dans une machine ou dans une autre !!

 $ pwd

Cette commande nous retourne le chemin de l’emplacement où l’on se trouve sous la forme :

 /home/jpantinoux/Documents/

deplacement

Changer de répertoire

arrow-up-double

Maintenant que nous avons vu comment consulter le contenu des répertoires nous allons nous déplacer
vers d’autres emplacement dans notre système.

 

folder-new

La commande cd

Littéralement « change directory »
Celle-ci nous permet de désigner la destination vers laquelle nous voulons nous déplacer

 $ cd /home/jpantinoux/Téléchargements

Cette commande nous emmene à partir de la racine du système (/), vers le répertoire utilisateur de jpantinoux, puis dans son répertoire Téléchargements.

 

edit-clear

Retour vers le futur …

$ cd ..

Les « .. » à la suite de la commande « cd » nous permettent de remonter dans le dossier parent comme nous l’avons dit plus haut.

Nous nous retrouvons dans le répertoire suivant :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $

 

 

face-devilish

Remonter plus loin

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cd ../..

La commande inscrite ci-dessus nous permet de remonter de deux niveaux dans les répertoires
Nous nous retrouvons donc dans le répertoire le plus haut dans le système :

[jpantinoux@frankeinstein:/] $ pwd
/

Il faut avouer que l’information n’est pas très visuelle : à la place du « ~ » nous avons maintenant un « / » qui indique que nous sommes à la racine du sytème (un peu l’équivalent du disque C:)

Pour vous faire toucher du doigt, ou plutôt de l’oeil, j’ai invoqué « pwd » qui nous dit où nous sommes :

La réponse est bien la racine « / »

 

appointment-missed

Déplacement direct

Un moyen plus efficace de remonter directement notre répertoire utilisateur est d’invoquer la commande cd seule.
Nous allons nous replacer dans le répertoire « Téléchargements »

$ cd /home/jpantinoux/Téléchargements

Maintenant pour remonter dans notre répertoire personnel le simple fait d’invoquer la commande « cd » seule nous replace à la racine de notre dossier personnel.

Attention à ne pas faire la confusion :dialog-warning

  • Se placer à la racine signifie remonter à la racine du système
  • Se placer à la racine de notre dossier personnel signifie remonter dans le répertoire /home/jpantinoux

 

help-hint

Autre option pratique :
Nous nous trouvons dans le répertoire /etc/

[jpantinoux@frankeinstein:/etc] $

Avec la commande cd, nous nous déplaçons vers le répertoire /usr/share/icons/

[jpantinoux@frankeinstein:/etc] $ cd /usr/share/icons/

Pour retourner directement vers /etc/ sans réécrire le chemin (sourtout s’il est plus complexe que celui-ci) : il faut invoquer la commande : $ cd –

[jpantinoux@frankeinstein:/usr/share/icons] $ cd -
/etc
[jpantinoux@frankeinstein:/etc]

Et nous revoila de retour dans /etc/

Magique !

 3 – Manipuler du texte : echo et cat

utilities-terminalLa commande « echo »

Afficher du texte sur l’écran

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ echo Bonjour Monsieur !
Bonjour Monsieur !

Le texte s’écrit simplement sur la ligne au dessous de l’invite de commande

utilities-system-monitor

Envoyer le texte dans un fichier en écrasant son contenu (ici le fichier est vide !)

arrow-up-double

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ echo Bonjour Monsieur ! > bonjour.txt

Le « > » redirige le texte qui devait s’afficher sur l’écran vers le fichier nommé « bonjour.txt ». Avec cette commande le contenu du fichier est remplacé par le texte que l’on envoi dans le fichier.

Deux points sont à noter :

  • Si le fichier n’exite pas comme c’est le cas ici, il sera créé.
  • Sur Unix comme sous Linux, conformément à la norme Filesystem Hierarchy Standard, les fichiers nécessaires au système d’exploitation sont placés dans différents répertoires en fonction de l’utilisation qui en est faite – utilisation qui dépend directement de leur format ; le système d’exploitation utilise rarement les extensions.

 

utilities-system-monitor

Visualiser le contenu du fichier sans l’ouvrir :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cat bonjour.txt
Bonjour Monsieur !

Vous allez me dire que cela revient au même que tout à l’heure. Oui… mais non. Vous allez voir l’intérêt petit à petit.

 

utilities-system-monitor

Nous allons maintenant créer un second fichier avec du texte « texte2.txt »

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ echo Bonjour Madame ! > bonjour2.txt

 

Allez sur notre lancée nous en créons un troisième

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ echo Bonjour les enfants ! > bonjour3.txt

 

Afficher les trois fichier en même temps

Maintenant j’ai trois fichiers indépandants les uns des autres. Je voudrais afficher sur l’écran le contenu des trois fichiers.

Je vais écrire la commande ainsi :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ $ cat bonjour.txt bonjour2.txt bonjour3.txt
Bonjour Monsieur !
Bonjour Madamme !
Bonjour les enfants

 

utilities-system-monitor

Plus intéressant maintenant  nous allons « imprimer » le contenu des trois fichiers dans un quatrième !

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cat bonjour.txt bonjour2.txt bonjour3.txt > bonjour_tous.txt
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cat bonjour_tous.txt
Bonjour Monsieur !
Bonjour Madamme !
Bonjour les enfants

 

utilities-system-monitor

Un exemple concret pour comprendre l’intérêt de tout ceci :

Par exemple, j’ai un modèle de fichier de configuration d’un service que j’ai mis de coté dans ma documentation.

Lors d’une nouvelle installation, je peux soit réaliser le paramétrage de mon service manuellement par simple envoir du contenu du modèle vers le fichier de configuration qui sera immédiatement opérationnel.

# cat /template/smb.conf > /etc/samba/smb.conf

Ici tout le contenu du modèle va écraser le contenu du fichier de destination
Il n’y à pas de garde fou. Il faut être sur de ce que l’on fait.
C’est pourquoi il vaut mieux dans tout les cas faire une copie du fichier d’origine :

 cp /etc/samba/smb.conf /etc/samba/smb.conf.old

Nous pouvons réaliser cela au sein d’un script que nous aurons préparé pour automatiser toute l’opération.

Dans notre script nous aurons donc les deux lignes pour réaliser cela :

#/bin/bash
# Script de paramétrage du serveur Samba
 cp /etc/samba/smb.conf /etc/samba/smb.conf.old
 cat /template/smb.conf > /etc/samba/smb.conf

 

utilities-system-monitor

cat permet aussi de visualiser certain fichier sensible :

Certains fichiers virtuels ne doivent pas être ouvert avec un éditeur de texte standart qui risquerais d’endomager le fichier. On utilise donc cat :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cat /proc/cpuinfo 
processor  : 0
vendor_id  : AuthenticAMD
cpu family : 15
model      : 107
model name : AMD Athlon(tm) Dual Core Processor 4450e
stepping   : 2
cpu MHz    : 1000.000
cache size : 512 KB
...

arrow-up-double

4 – Visualiser du texte : more et less

computer-fail
more

Pour visualiser les fichiers courts « cat » fait parfaitement l’affaire. Mais dès que l’on veut afficher des fichiers qui se prolongent sur plusieurs écrans il vaut mieux utiliser un visualiseur comme « more« .

Faisons un essai avec cat sur le fichier /etc/services

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cat /etc/services
...
vboxd 20012/tcp # voice box system
vboxd 20012/udp
binkp 24554/tcp # binkp fidonet protocol
asp 27374/tcp # Address Search Protocol
asp 27374/udp
csync2 30865/tcp # cluster synchronization tool
dircproxy 57000/tcp # Detachable IRC Proxy
tfido 60177/tcp # fidonet EMSI over telnet
fido 60179/tcp # fidonet EMSI over TCP

# Local services
[jpantinoux@frankeinstein:~] $

Le fichier défile et nous ramène à l’invite de commande.

On peut toujours essayer de remonter vers le haut en appuyant sur les touches Shift + Page du haut, mais on n’arrive pas jusqu’en haut du fichier…

Pour information le fichier sur la machine où j’écris compte 611 lignes.

C’est pourquoi on utilise more qui peut afficher écran par écran.
Fonctionnement

  • Entrée pour avancer d’une ligne
  • Espace pour avancer d’une page
  • Touche B pour remonter pages par pages
  • Touche Q pour quitter
  • Arrivé à la fin, more quitte

Du coup on se retrouve avec le même problème qu’avec cat. Nous allons donc fait appel à less qui va un peu plus loin pour le confort.

utilities-system-monitor

less

Fonctionnement

  • Touches directionnelles haut/bas
  • Touches directionnelles droite/gauche
  • Faire un recherche : taper / puis l’occurence recherchée
  • n = next (prochaine occurence)
  • maj+n = précédant (occurence précédante)
  • Arrivée à la fin less ne quitte pas.
  • Touche Q pour quitter

more et less  sont des visualiseurs non destructeurs

5 – Créer fichers et répertoires

emblem-documents
touch

arrow-up-doubleCréer un fichier tout simple

La commande touch est à l’origine prévue pour changer l’horodatage d’un fichier. Si le fichier n’exite pas elle le crée. C’est pourquoi elle est utilisée à cette fin.

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ touch fichier

La première chose que l’on remarque c’est qu’il n’est pas utile d’utiliser une extention au nom de fichier pour que celui-ci soit reconnu par le système.

Toutefois pour nous faciliter la vie à nous, simples humains, il est convenu de certaines extentions qui nous font repérer plus vite l’utilisation des fichiers :

Deux exemples :

  • Les fichiers texte de configuration se termine par .conf
  • Les fichiers texte qui deviendrons des exécutables se terminent par .sh

 

folder-new

mkdir

arrow-up-double

Créer un répertoire

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ mkdir test

 

Créer 3 répertoires

Dans la mesure du possible j’évite de créer des espaces surtout dans les répertoires et fichiers système mais pour des éléments moins sensibles voici trois manières de procéder :

[jpantinoux@frankeinstein:~/essai] $ mkdir test\ 1 "test 2" 'test 3'
[jpantinoux@frankeinstein:~/essai] $ ls -lh
total 12K
drwxr-xr-x 2 jpantinoux jpantinoux 4,0K févr. 22 16:41 test 1
drwxr-xr-x 2 jpantinoux jpantinoux 4,0K févr. 22 16:41 test 2
drwxr-xr-x 2 jpantinoux jpantinoux 4,0K févr. 22 16:41 test 3

 

Créer des répertoires parents

1 – Créer un répertoire dans un autre

[jpantinoux@frankeinstein:~/essai] $ mkdir -p tintin/milou
tintin/
└── milou

2 – Créer 2 répertoires dans un autre

[jpantinoux@frankeinstein:~/essai] $ mkdir -p tintin/{milou, hadock}
tintin/
└── milou
└── hadock

 

6 – Lister une arborescence en console

system-search

tree

arrow-up-double

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ tree save
 save/
 └── bin
 ├── procedure_zac
 └── save_all.sh
 1 directory, 2 files

7 – Copier un fichier ou un répertoire

accessories-text-editor
cp

arrow-up-double

Pour copier un fichier ou un répertoire :

En le renommant :

 [jpantinoux@frankeinstein:~] $ cp fichier1 fichier2

En le déplaçant :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cp fichier1 /etc/fichier1

D’un répertoire distant là où l’on se trouve

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cp /etc/fichier1 .

Rappelez-vous du point à la fin qui signifie : ici

folder-new

Copier un répertoire

arrow-up-double

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cp test test1
cp: omission du répertoire «test»

Cela ne fonctionne pas ! Il faut rajouter une option à la commande pour lui dire de copier récursivement

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cp -r test test1

 

8 – Déplacer ou couper/renommer un fichier

document-properties

mv

arrow-up-doubleRenommer :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ mv test test1
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ mv test /etc/test

Coupe le fichier test de votre répertoire personnel et le colle dans le répertoire /etc

9 – Supprimer définitivement un fichier ou un répertoire

edit-delete
rm

arrow-up-doubleSupprimer un fichier :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ rm fichier
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ rm -rf repertoire/

Attention à cette commande : n’invoquez jamais celle-ci en tant qu’administrateur sous cette forme :

Commande de la mort qui tue : rm -rf /*

Cela signifie : supprime tout les éléments (*) de manière récursive (-r) en forçant tous les avertissements (f) à partir de la racine (/). En gros supprime tout ce qui est sur le disque dur !!!

10 – Supprimer définitivement un répertoire vide

user-trash
rmdir

arrow-up-double

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ rmdir repertoire/

11 – Les éditeurs de texte

arrow-up-doubleLes éditeurs de textes sont les outils qui permettent de tout gérer dans le système. Avoir un outil avec lequel on se sente bien et qui soit efficace est primordial.

utilities-system-monitor
Vi

Comme Vi est un peu spartiate (et que ce n’est pas un logiciel libre !) nous allons tout de suite installer (enfin quand nous saurons installer un programme !) Vim.

Les deux principaux éditeurs sont emacs créé par Richard Stallman et Vim écrit par Bram Moolemaar

L’utilisation de l’un ou de l’autre est fonction de celui que vous avez découvert en premier. Le travail d’apprentissage est un investissement en temps et il est difficile de repartir à zéro pour apprendre un autre programme chronophage.

utilities-system-monitor

Vim

Editeur amélioré que nous utiliserons

face-glasses
Apprendre à utiliser Vim

Vimtutor

Il ne faut pas essayer d’apprendre les commandes de Vim par coeur, mais au contraire il faut que les rélexes viennent par la pratique

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ vimtutor

Vimtutor est là pour ça !

12 – Etre plus efficasse

accessories-character-map

Complétion automatique
arrow-up-double[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cd /et
(après appui sur TAB donne)
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cd /etc/

Demandons maintenant à nous placer dans le sous répertoire cron.daily qui se trouve dans le répertoire /etc

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cd /et
(Comme au dessus l'appui sur TAB donne)
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cd /etc
[jpantinoux@frankeinstein:/etc] $ cd cron.
(L'appui sur TAB ne donne rien !)
(Appuyez une seconde fois et vous voyez qu'il y a plusieurs choix)
cron.d/ cron.daily/ cron.hourly/ cron.monthly/ cron.weekly/ 
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ cd cron.d
(On ajoute le "d" et l'on appui à nouveau sur TAB)
[jpantinoux@frankeinstein:/etc] $ cd cron.daily

Là nous n’avons pas gagné beaucoup de temps mais nous sommes sur que notre chemin ou notre commande est validé par les système.
Si ce que nous avons écrit ne se complète pas c’est que nous avons fait une erreur.

Et maintenant quelques petites astuces pour le confort de travail

Nettoyer la console (place l’invite en haut de l’écran)
ctrl + l
Raccourcis pour quitter la console
ctrl + d

Équivalent de :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ exit
Interrompre une commande
ctrl + c

13 – Retrouver les commandes que nous avons tapé

system-search

history

arrow-up-double

 [jpantinoux@frankeinstein:~] $ history
 ...
 513 cat sshd_config
 514 less sshd_config
 515 more sshd_config
 516 cd /usr/share/debian
 517 ll
 518 maya/
 519 cd maya/
 520 ll
 521 cd config/
 522 ll
 523 tree scripts/
 524 cd ..
 525 tree save/
 526 history
[jpantinoux@frankeinstein:~] $ 516!

Attention la commande se lance sans nous demander confirmation !

Retrouver une commande lorsque l’on se rappelle d’un partie

system-searchsystem-search

Ctrl + r

arrow-up-double

Dès que l’on tape les première lettre la commande se complète toute seule si nous l’avons déjà invoquée :

Au clavier on tape Ctrl + r puis la ou les lettre que l’on se rappelle.

Ici je n’ai tapé que le « d »

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ 
(reverse-i-search)`dig': dig startpage.com

Si ce n’est pas la bonne –> flèche du bas

14 – Le premier endroit où chercher de la documentation (RTFM)

accessories-dictionary accessories-dictionary

man

arrow-up-double

Voir la documentation de la commande ls

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ man ls

et pour le plaisir :

[jpantinoux@frankeinstein:~] $ man man

Et voilà ! Vous avez de quoi survivre dans un système en mode texte. Je ne peux que vous encourager à être à l’aise avec Vim. Déplacez vous dans les répertoires. Faites des essais sur des fichiers que vous créerez.

Quand vous vous sentirez prêt nous passerons à la deuxième étape : l’administration.face-sadface-smileface-smile-big

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s